Cultes
Cultes
NOTEZ BIEN ! A PARTIR DU 08 JUILLET, UN SEUL CULTE A LA NOUVELLE EGLISE : 42, RUE DE BROCELIANDE, CAEN
15 November 2018

Eglise Evangélique Baptiste de CAEN

Adresse
32, Rue Jean Mermoz - 14000 CAEN
Téléphone
02 31 84 78 44
Qui est Jésus-Christ ?
Vous voulez savoir qui est vraiment Jésus ? Vous pouvez trouver la réponse ici !
Je continue

A partir des récits de la nativité qui nous sont rapportés dans le Nouveau Testament, nous allons aujourd’hui nous introduire sans qu’on nous voie dans le palais du roi Hérode à Jérusalem. Nous nous cachons dans une encoignure, et de là nous ouvrons l’œil et nous prêtons l’oreille. La journée tire à sa fin et Hérode que je me représente « gros, gras et replet » (saviez-vous que cette expression qui fait sourire est dans la Bible ? en Deut 17 :15) , Hérode donc se retire dans ses appartements privés après une journée bien remplie : il a bien mangé, bien bu, ses joueurs de harpe l’ont accompagné dans sa sieste ; il rendu une visite de courtoisie à son épouse légitime, il s’est entretenu un peu plus longuement avec les autres… moins légitimes ; il a donné des ordres d’une voix autoritaire, ordres qui ont été exécutés à la lettre et sur le champ. Il a fait du bon travail et sa conscience en paix, il peut maintenant se livrer à la méditation en toute tranquillité. Il sait qu’il est âgé et qu’il devra bientôt déposer la tente de cette vie mais, comme la plupart des hommes, il n’a fait aucun préparatifs sérieux pour le grand départ de l’éternité. 

Oh ! bien sûr, il a la meilleure religion du monde de cette époque, celle révélée par Dieu à Moïse ; il assistait occasionnellement à quelques cérémonies, il marmonnait chaque soir avant de s’endormir une petite prière apprise par cœur et c’était tout. Par contre il méditait nombres de préparatifs pour cette terre qu’il allait pourtant devoir quitter. Il avait un fils qui devait lui succéder dans les affaires et il tenait à assurer sa dynastie. Il échafaudait des plans pour qu’il règne sur de nombreux sujets. Hérode est brusquement tiré de ses méditations par un serviteur qui lui apporte les dernières nouvelles. Des gens venus d’orient sont entrés dans la ville, ils voyagent depuis longtemps, ils sont couverts de la poussière de la route car, disent-ils, une étoile mystérieuse apparue en Orient leur a révélé qu’en Israël le roi des Juifs venait de naître et ils viennent lui rendre hommage. De toutes ces paroles Hérode n’a retenu celles-ci : « Le Roi des Juifs qui vient de naître ». Un roi qui ne serait pas son fils, pas de sa lignée à lui ! ! C’est un coup de tonnerre dans son ciel bleu. Au soir de sa vie, Hérode est sidéré par l’ampleur du désastre qui l’atteint et le touche au cœur même de ses ambitions. Mais il se ressaisi rapidement , il accorde sur l’heure une audience aux voyageurs venus de l’Est. Sous des dehors accueillants et intéressés, le vieux renard qu’il est se déguise en poule afin de mieux piller le poulailler. Et pourtant, quelques jours avant, hier peut-être, il était encore dans le temple de l’Eternel avec la foule, il s’inclinait en public devant Dieu, il donnait l’impression d’écouter attentivement la lecture de la Loi. Tant que sa religion formaliste et traditionnelle ne lui demandait que des cérémonies extérieures, des génuflexions, des actes de présence aux grandes occasions. tout allait bien. Mais le jour où, en la personne de Jésus, l’Evangile croise son chemin, dérange ses plans, lui demande de détrôner son orgueil et d’introniser l’envoyé de Dieu, alors cet orgueil se rebiffe et éclate au grand jour, le masque tombe, il est déterminé à tout briser sur son passage, même Dieu s’il le pouvait.

 Il y a des millions d’Hérodes aujourd’hui dans le monde ; tant que leur religion leur permet des compromis de conscience : une crèche à Noël avec un petit Jésus en sucre, un cierge qu’on allume à l’Eglise de temps à autre, le portefeuille qui s’ouvre à l’occasion pour une bonne cause caritative ou paroissiale à grand spectacle, on peut compter sur eux. Mais le jour où le vrai Jésus, le Fils de Dieu croise leur route, bouleverse leurs plans, leur demande de dire comme Jean-Baptiste à propos du Christ « Il faut qu’il croisse et que moi je diminue », alors, là, rien ne va plus ! Lorsqu’il faut remplacer les cérémonies extérieures par une piété véritable, la religion d’un jour par celle de tous les jours, , de quitter une majorité insouciante pour se mettre dans une minorité méprisée, autrement dit aller à contre-courant, c’est alors qu’on entend le Holà ! d’Hérode : Jusque là mais pas plus loin !

Hérode fait appel à ses théologiens qui, honnêtement, rendons-leur cette justice, lui donnent la confirmation de ce qu’il craint : « Oui, de toi Bethléem sortira un chef qui paîtra Israël mon peuple » (Matt.2 :6). Hérode se fait mielleux avec les mages et, avec ruse, il s’entretient du divin enfant mais pour le faire périr. Les mages, eux, divinement avertis des plans meurtriers du roi, ne revinrent pas vers lui comme prévu mais s’en retournèrent en Orient par un autre chemin. Alors Hérode se mit dans une grande colère et il se rendit coupable d’une horrible tuerie que l’Histoire a flétri du nom de « Massacre des Innocents ». Dans tout son territoire il envoya tuer tous les petits enfants de moins de deux ans. Mais cette folie meurtrière ne put empêcher le plan de Dieu de s’accomplir. Il n’arriva qu’à se retrancher de toute possibilité de salut et peu de temps après il mourut. Son âme quitta son corps et descendit dans le séjour des mort où elle est encore au moment où je vous parle, et elle y restera jusqu’au jour où il sera traîné au grand jugement de Dieu auquel nul n’échappe. Et là, assis sur le grand Trône de l’Univers Qui verra-t-il ? Non plus le faible nourrisson de l’étable de Bethléem, mais Celui entre les mains duquel le Père a remis tout jugement selon la vision que nous en donne l’Apocalypse (1 :13-16) : « Je vis Quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux sont blancs comme de la neige, ses yeux sont comme une flamme de feu, ses pieds sont ardents comme du métal embrasé dans une fournaise, sa voix comme le bruit des grandes eaux, de sa bouche sort une épée aiguë a double tranchant et son visage est comme le soleil quand il brille dans sa force… ». Et avant que la sentence leur soit signifiée, tous les Hérodes du monde entendront ce jour-là, non pas les vagissements du nouveau-né de la crèche mais le Nom de Jésus proclamé à la face de tout l’Univers. Et, dit la Bible dans l’épître aux Philippiens, à l’énoncé de ce nom, « tout genoux fléchira de tout ce qui est dans les cieux, sur la terre et sous la terre et toute langue confessera que Jésus-Christ est Seigneur à la Gloire de Dieu le Père ». (Phil. 2 :10,11). C’est par avance ce qu’ont fait les mages et nous sommes invités à leur ressembler en cette veille de Noël, et à Lui ouvrir le plus grand trésor du monde, c’est-à-dire notre cœur. 

(F. Legrand)

Nous contacter

Adresse
32, Rue Jean Mermoz 14000 CAEN
Téléphone
02 31 84 78 44

Cultes

Culte à 10h30
Dimanche, 10H30